Chandigarh

Fondée dans les années 1950, Chandigarh est la première ville de l’Inde libre. Sa situation géographique au nord-est de l’Inde, dans les contreforts de l’Himalaya, en fait une destination appréciée pour séjourner au contact de la nature. Mais Chandigarh est surtout connue pour son inestimable patrimoine architectural et urbain. Voici donc une capitale indienne atypique, où le côté sauvage se marie avec une architecture très brutaliste, due aux doigts de fée de le Corbusier.

Histoire

La capitale de Chandigarh exprime avec force la naissance du nouvel Etat indien. La ville tire son appellation de la divinité tutélaire Chandi, qui a un temple dans un district voisin, et d’un fort de Garh situé dans l’aile du temple. Chandigarh – le « fort de Chandi » – une ville forte, une ville qui remplit une vocation d’unité et de paix pour le peuple indien, après des années à combattre, à s’entre-tuer et à conquérir leur liberté.

Tout commença lorsque Lahore, l’ancienne capitale du Pendjab, est passée sous autorité pakistanaise. Lors de la dissolution de l’empire colonial des Indes en 1947, l’Est de la province du Pendjab a été partagée en cinq parties : le Pendjab indien, l’Hymachal, l’Haryana, le Chandigarh et le Praddesh. A la recherche d’une nouvelle capitale pour l’Etat de Pendjab, le Premier ministre Nerhu s’attacha les services de Le Corbusier, un brillant architecte français. Une cité originale est sortie de terre : toits terrasses, rues végétalisées, maisons en béton brut aux tons sobres qui trahissent la signature de leur auteur. C’est sur les collines des Shivaliks, dans le district d’Ambala, que la province s’est reconstituée un cœur pour compenser la perte de Lahore.

Aujourd’hui

Chandigarh se présente comme une ville modèle en pleine prospérité. C’est l’une des rares villes à taille humaine en Inde, qui échappent à la surcharge démographique, à la promiscuité et à la pauvreté. En érigeant la nouvelle capitale, le Corbusier eut l’ambition de lui donner une allure de smart cities, où tout est possible sans frôler l’excès, où tout se produit et s’industrialise sans porter atteinte à l’intégrité de la nature, où les quartiers d’affaires jouxtent des espaces de verdure pour contenter les besoins d’évasion.

Abritant près de 1 million d’habitants et quelques, l’enceinte de Chandigarh est entourée de magnifiques places publiques. L’architecte n’a aménagé aucune voie de communication routière au sein du centre-ville, faisant ainsi de la capitale « le paradis des piétons ». Cela dit, les voyageurs occidentaux connaissent Chandigarh comme une ville d’architecture avec ses fameux bâtiments futuristes, comme ceux qui bordent le complexe du Capitole. Etant une jeune cité, la destination est en effet pauvre en monuments et en souvenirs historiques. Chandigarh plaît essentiellement par son air d’avant-garde qui allie les atouts du développement technologique au rayonnement de la nature. Les nombreux parcs de la ville, commeLeisure Valley, le Jardin des roses, le Jardin des senteurs ou le parc Hibiscus en témoignent.

L’urbanisme

La ville a sorti de terre entre 1950 et 1960, en suivant un plan d’urbanisme qui vous laisse bouche bée. La capitale est considérée comme l’un des plus beaux chefs-d’œuvre de l’architecture contemporaine.

Dans la conception corbuséenne, la ville est construite à l’exemple du corps humain, avec une tête, un intellect, un cœur, des poumons et des vaisseaux de circulation.

§ La tête est représentée par le complexe du Capitole (secteur 1). Il est investi de trois grands ensembles architecturaux : le Parlement, la Cour de Justice et le Secrétariat général, qui sont les attractions principales de la capitale.

§ L’intellect est représenté par les établissements universitaires.

§ Les vaisseaux de circulation sont les routes. La ville est dotée d’un réseau de voiries en sept bras qui protège les citoyens des nuisances du trafic, comme ce qui arrive à Delhi. La V1 est l’artère principale par laquelle les étrangers atteignent la ville. Il existe aussi des rues commerçantes, des voies piétonnes et cyclistes, des voies carrossables internes à un secteur. Les automobilistes de Chandigarh circulent sans embouteillage.

§ Les poumons sont les espaces verts, les centres de sport ou de loisirs.

La façade des bâtiments accuse un style brutaliste : béton brut, longue suite de fenêtres, sécheresse du décor, toits terrasse de forme inclinée…, donnant à la ville tout son cachet.

Comment se déplacer ?

La ville propose plusieurs moyens de circulation : le bus et le train.

Prenez un bus de la ligne Tours et Travel Wing pour sillonner les sites touristiques notables de la ville.

Si vous voulez voyager en train, les principales compagnies ferroviaires sont l’Hymalayan Queen 4095 et le Jodhpur Kalka Express 4888. Elles effectuent la liaison entre Chandigarh, Jodhpur, Bikamer et New Delhi.

Que faire à Chandigarh ?

Il est impossible de s’ennuyer à Chandigarh. Coquette, verdoyante et festive à la fois, la capitale du Pendjab et de l’Haryana offre beaucoup à voir et à visiter :

- les parcs arborés de la ville : profiter d’une promenade reposante au Jardin des roses, au Fragance Garden ou au rock garden,

- le lac Sukhna : un lac artificiel conçu par Le Corbusier pour s’éloigner de l’agitation de la ville,

- les chefs-d’œuvre architecturaux de Chandigarh : visiter le Parlement, le Secrétariat et la Cour de Justice

- la Main ouverte (Open Hand), une sculpture emblématique de la ville qui symbolise la paix et la fraternité

- goûter aux spécialités locales : le poulet Tikka…

Bonjour

Je suis Anukriti de "Active India Holidays". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+91 11 2561 3968