New Delhi, mode d’emploi pour les stagiaires français

New Delhi, mode d’emploi pour les stagiaires français

12 juin 2019

Avec l’été, arrive à New Delhi toute une vague de nouveaux expatriés : stagiaires, étudiants, VIE, etc. Leurs questions sont multiples qu’il s’agisse de logement, de budget, de santé. Sans prétendre répondre à tout, Aujourdhuilinde passe en revue les questions courantes et donne quelques points de repères indispensables.

Où poser ses bagages ?

"On me demande pas mal quels sont les quartiers sympas, s'il y en a qui craignent, quels sont les moins chers", raconte Guillaume Fauché, un étudiant qui aide volontiers les nouveaux arrivants. Il a d'ailleurs laissé à leur attention son adresse email sur le site de Delhi accueil.

Une bonne partie des expatriés vit dans le sud de la ville (South Delhi), dans des quartiers résidentiels et verts. Pour donner une idée à ceux qui n'ont jamais mis les pieds à New Delhi, ce sont des maisons ou des petits immeubles de maximum quatre étages dans des rues ombragées, plus ou moins vertes et calmes selon les quartiers. Chaque quartier possède un ou plusieurs marchés pour parer à tous les besoins.

Comment trouver un appartement ou une chambre ?

C'est LA question incontournable. Sans répondre de façon exhaustive, il est possible de donner quelques pistes de départ. Clara Kanner, en Inde depuis plus de six mois, le résume ainsi : "Il faut soit passer par un broker (agent immobilier) que l'on paye pour qu'il trouve un appart, soit chercher une colocation sur les forums, il y en a plein. L'idéal est sans doute de se faire héberger en arrivant ou d'aller dans une guest house, le temps de visiter soi-même des chambres et de rencontrer les gens plutôt que de vouloir tout régler depuis la France".

À moins de connaître des personnes déjà installées à New Delhi, tous les stagiaires passent d'abord par les forums et sites d'information tels que le forum France India, le groupe Yahoo Yuni Net ou le site d'expatriés français Delhi Accueil, pour les plus connus. Il est facile d'y trouver des contacts sur place, des réponses à ses questions et de futurs colocataires.

À savoir, les brokers prennent en général un mois de loyer de commission. Pour les périodes courtes, les stages de quelques mois notamment, mieux vaut donc opter pour la colocation, conviviale et plus abordable. Pour donner une fourchette, à titre indicatif, comptez entre 10 000 et 20 000 roupies par mois (150 à 300 euros) pour partager un appartement agréable où généralement chaque colocataire a sa chambre avec salle de bain et où seuls la cuisine et le salon sont communs.

Combien ça coûte de vivre à New Delhi ?

Avec un budget d'étudiant français, on peut vivre ici comme un roi. Et avec une poignée d'euros par semaine on peut aussi très bien s'en sortir. À titre d'exemple : 2€ la pizza livrée, 1 ou 2€ le repas indien à domicile ou dans une gargotte. Comptez 8€ le repas dans un restaurant de type occidental. Une bouteille d'eau coûte 12 roupies (0,18€), de même qu'un pain de mie industriel. Une place de cinéma coûte 2,20€. Un billet de train pour une virée à Rishikesh coûte 7€.

"Je dirais que je dépense entre 100 et 250 roupies par jour (1€50 et 3€60), ça dépend des loisirs", estime ainsi Clément Fourreau, arrivé depuis 3 mois. Les factures d'électricité, d'eau, d'Internet demeurent la plus grosse dépense, bien que beaucoup moins élevée qu'en France.

Pour se déplacer, le moyen de transport le plus pratique et le plus avantageux reste l'autorickshaw. Une course d'un quart d'heure revient à environ à 40 roupies.

Un ou deux kilos de médicaments ?

Après avoir lu jusqu'au bout la page santé du ministère des Affaires Etrangères sur l'Inde, nous avons tous eu une petite bouffée de panique. Complètement injustifiée, en particulier pour les futurs habitants de New Delhi.

Ainsi, les expatriés qui prennent leur traitement anti-paludisme sont bien rares. Le risque zéro n'existe pas, bien sûr, mais le prix et les effets secondaires du traitement au long terme n'en valent pas toujours la peine. La dengue en revanche, fait plus de dommage. Mais contre elle on ne peut que se protéger des moustiques.

Du désinfectant, du paracétamol et quelques remèdes contre la diarrhée servent toujours, mais si vous tombez malade à New Delhi, vous irez chez un bon médecin qui vous dira comment vous soigner et quels médicaments acheter. Inutile d'apporter une grosse pharmacie.

Bagage futé et choses introuvables en Inde

Il n'est rien, ou presque, d'introuvable dans une grande ville comme New Delhi. Comme le dit si justement le slogan indien : In India, Everything is possible. Mieux vaut donc se demander ce que l'on n'emportera pas.

Abandonnez les produits anti-moustiques, à 9€ le spray en France, l'Odomos, équivalent indien, est tout aussi efficace, son prix imbattable (environ 1 euro le tube) et son odeur agréable. Les dames trouveront également, serviettes et tampons sur place.

Vous pouvez emporter votre téléphone portable et le faire débloquer en Inde pour utiliser des cartes SIM indiennes très bon marché.

Les vêtements ? Très peu. L'Inde, c'est l'occasion de se refaire une garde robe, à des prix défiants toute concurrence et même sur mesure ! Comment tout ramener, là est la vraie question !

Petit mot de la fin sur la préparation psychologique ?

En Inde, la richesse côtoie la misère extrême. Si le savoir est une chose, s'y préparer ne rime à rien. Chacun réagit différemment et l'on ne peut pas forcément savoir à l'avance ce qui va nous choquer ou nous effrayer. Par ailleurs, les imprévus sont rois dans le sous-continent, et rien n'y prépare. C'est aussi le charme de ce pays.

Welcome to India…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Anukriti de "Active India Holidays". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+91 11 2561 3968