Petit Etat de Tripura

Tripura est un petit État de l’Inde du Nord-Est. Son passé glorieux, son architecture moghole et ses jardins d’orangers verdoyants en font une destination de voyage incontournable en Inde.

Envie de découvrir « l’Incredible India » hors des sentiers battus ? Pensez à visiter Tripura. Troisième État le plus petit du sous-continent, après Goa et Sikkim, Tripura recèle sur sa surface de 10 491 km2 des merveilles naturelles insoupçonnables. Des variétés de primates arboricoles y ont élu domicile, de même que des colonies de panthères nébuleuses et d’oiseaux. À l’écart du tourisme de masse, la terre verdoyante et sauvage de Tripura répondra également aux attentes des curieux de culture. L’État princier du Raj britannique qu’il était autrefois a transmis nombre de monuments à la postérité, le magnifique Palais d’Ujjuayanta n’étant que la cerise sur le gâteau. Tourisme de pèlerinage, safari dans la savane ou visite du patrimoine vernaculaire, Tripura est une destination de vacances pour tous.

Histoire

L’ État indien de Tripura est apparu officiellement sur la carte de l’Inde le 21 janvier 1972. Le nom tire son origine de la déesse Tripura Sundari ou Lalita, considérée comme l’incarnation du pouvoir suprême dans la secte Shakti de l’hindouisme. Bien que l’ordre chronologique ne soit pas clairement établi, il est admis que les rois Manikyas ont gouverné la région depuis le xiiie siècle.

La barrière montagneuse et les hautes collines ont épargné le royaume Tripura des invasions étrangères perpétrées par les Birmans, les Arakanais et les Afghans. La dynastie Manikya se lia d’amitié avec les dirigeants du Bangladesh, lorsque que le roi régnant Ratna Fha se soumit en acceptant de gouverner sous l’autorité du sultan bengali Mughisuddin Tughral. Le royaume Tripuri atteignit son apogée au xvie siècle, en s’étendant aux collines Cachar et Shyllet de l’Assam, au Mizoram et jusqu’à l’est du Bengale.

L’arrivée des Moghols n’a pas été un coup dur pour Tripura. Comme les autres principautés indiennes, il tomba aux mains d’Akbar et de ses généraux. Toutefois, les maharajas de Tripura ont réussi à conserver une royauté vassale sans permettre que les troupes mogholes pénètrent, pillent ou provoquent des violences à l’intérieur de ses frontières.

Est-ce par un acte de gentillesse, une question de diplomatie politique ou tout simplement l’absence d’intérêt pour un territoire enclavé et coûteux à exploiter que la Couronne britannique n’a pas colonisé Tripura ? Toujours est-il que le vice-roi des Indes a reconnu les souverains de cet État qui devint un protectorat britannique en 1808. À la différence des autres domaines du Nord-Est, qui étaient absorbés par l’Assam, le royaume de Tripura jouissait d’une indépendance politique en étant lié à la Couronne par une alliance subsidiaire. Udaipur était la première capitale du royaume, mais plus tard le roi Krishna Chandra Manikya Bahadur la déplaça dans la ville d’Argatala.

Après la chute de l’Empire britannique des Indes, la reine Kanchan Prabha Devi signa le pacte d’adhésion qui rattacha le royaume à l’Inde indépendante le 9 septembre 1949. Il fut d’abord en 1963 un territoire de l’Union placé sous l’administration du Gouvernement fédéral avant d’être un État autonome en 1972.

Aujourd’hui

En plein xxie siècle, Tripura a su préserver une beauté brute et sauvage. L’isolement géographique de la région, dû à son profil accidenté et montagneux, n’y est sans doute pas étranger. En dehors de la capitale Argatala qui a gardé une architecture coloniale, entre palais de style victorien, fontaines et jardins moghols, vous remarquerez que les gens d’ici vivent de manière simple. Le décor champêtre est époustouflant, lorsque vous traversez les collines verdoyantes où alternent ananas, jacquiers et plants de canne à sucre.

Chinois, Japonais et Indiens d’autres États sont les principaux plaisanciers qui visitent Tripura. La fréquentation des touristes occidentaux est encore très faible et se résume à des anecdotes. Doté d’une faune et d’une flore fascinante, avec une riche culture hindoue, l’État mérite une plus juste renommée. En choisissant de partir en vacances à Tripura, vous aurez l’assurance de combler vos besoins d’évasion tout en participant au développement local. En effet, bon nombre des habitants pratiquent encore l’agriculture sur brûlis (jhum) et vivent sous le seuil de la pauvreté.

Lieux d’intérêt incontournables à Tripura

L’Etat abrite de nombreux sites touristiques à voir et à découvrir : aires protégées, sanctuaires d’oiseaux, musées, palais de maharajas, ou encore temples hindous impressionnants. A vous de choisir.

Patrimoine naturel

Venir à Tripura est un privilège pour les naturalistes , qu’ils soient connaisseurs ou simples amateurs. Le règne animal est d’une unique richesse : l’État accueille le plus grand nombre d’espèces de primates dans toute l’Inde. Les langurs, lessinges rhésus à robe brune et les macques à queue de cochon sont les principaux hôtes des forêts de Tripura. Ils se partageront vos cris d’admiration au cours de vos randonnées en brousse. Des mammifères en danger d’extinction défileront sous vos jumelles, tels le dhole ou chien sauvage d’Asie, qui a l’appétit d’un tigre sous une apparence de renard, letimide porc-épic qui n’est visible que la nuit, la panthère nébuleuse, dont les talents de grimpeur en font une proie insaisissable pour les gros félins, et l’éléphant d’Asie, ce mégaherbivore que vous rencontrerez fréquemment près des points d’eau et qui fait aujourd’hui l’objet d’une traque intensive à cause du commerce illégal de l’ivoire. Tripura héberge également des zones importantes pour la conservation des oiseaux.

Le règne végétal a aussi ses propres sujets d’attraction. En compagnie d’un guide professionnel, partez à la rencontre des espèces de Diptérocarpacées, d’Aglaia et d’Eugenia qui couvrent les parcs nationaux de Tripura. Découvrez les noms des arbres, leur valeur médicinale et thérapeutique, les services environnementaux qu’ils fournissent à la population. Peu importe où vous allez, les réserves naturelles de Gomti, de Sepahijala ou de Trishna vous feront découvrir un livre de botanique à ciel ouvert.

Patrimoine culturel

Tripura abrite des monuments culturels et architecturaux de qualité qui rappellent les heures de gloire de l’État. La plupart d’entre eux sont regroupés à Argatala, capitale de l’État princier du Tripura et de l’ancien royaume dirigé par la dynastie des Manikyas. Les attractions touristiques d’Argatala peuvent se visiter en une journée.

- le palais d’Ujjayanta : le roi Radha Kishore Manikya le fit édifier au début du xxe siècle ; le bâtiment est, avec ses trois dômes en marbre blanc, un chef-d’œuvre de l’architecture britannique. Son cadre romantique au bord de deux lacs, rehaussé par des jardins moghols et des fontaines, fait du palais d’Ujjayanta un but de visite très agréable. Cédée en 1972 au Gouvernement de Tripura, l’ancienne propriété de la famille royale a été convertie en musée d’État. Pièces de monnaie, sculptures en bronze ou en cuivre, figurines et instruments de musique traditionnelles enchanteront les visiteurs.

- le palais Kunbajan : autre icône de l’architecture locale, le palais Kunbajan se dresse au nord du palais d’Ujjayanta. Datant du xxe siècle, il est connu comme la résidence occupée par le poète Rabindranath Tagore quand il séjournait à Argatala. Malheureusement, le bâtiment se trouve dans un piteux état faute d’aménagement.

- le palais de Neermahal : désignée sous le terme « palais du lac », Neermahal est la plus grande attraction touristique de Tripura. L’idée de construire une luxueuse résidence d’été au milieu du lac Rudrasagar venait du maharaja Bir Bikram Kishore Debbarman. La charge du chantier fut attribuée à la compagnie britannique Martin and Burns qui l’acheva en 1928 après 9 ans de travaux. Le palais Neermahal comprend deux parties : l’aile ouest est réservée à la famille royale comme espace résidentiel, tandis que l’aile est a été aménagée en tant qu’espace de divertissement pour accueillir des représentations théâtrales, musicales et culturelles. Visiter ce bâtiment vous donnera une mesure de la vie courtisane à l’époque. De plus, cela servira de prétexte pour effectuer une promenade d’agrément sur le lac Rudrasagar.

Patrimoine religieux

Tripura est connu comme un haut-lieu de la culture hindoue . Pour visiter l’Inde du Nord autrement, vous devez prendre part à Durga Puja, l’une des fêtes les plus importantes de l’hindouisme que les Tripuri observent tous les ans entre octobre et novembre. Les fidèles jeûnent durant les neuf jours du festival, s’échangent des cadeaux et partagent des repas en famille. Des offrandes de récoltes sont aussi réalisées en l’honneur de Dourga, la déesse qui préside à la croissance de toute végétation et de toute vie sur terre.

Deux célèbres sanctuaires comptent d’un point de vue touristique : le temple de Jagannath, situé dans l’enceinte du palais d’Ujjayanta, où les idoles de Jagannath, Balabhadra et Subhadra sont pieusement vénérées, et le temple de Kamalasagar Kali, agréablement perché au-dessus d’une colline surplombant le lac Kamala Sagar, à 27 km du centre de la capitale.

Quand y aller ?

Tripura connaît un climat tropical chaud et humide. Le relief vallonné de la région est responsable de fortes variations thermiques, en particulier dans les zones montagneuses. La température moyenne se situe autour de 19,5 o C en hiver et 30,5o C en été. Juin est le mois le plus orageux avec 363 mm de précipitations alors que décembre est le mois le plus sec. Pour un séjour réussi à Tripura, il est donc conseillé de s’y rendre durant la période hivernale, soit entre début décembre et mi-mars . Évitez à tout prix de prendre des dates entre juin et septembre, car les pluies de mousson gâcheront certainement votre séjour.

Comment se rendre à Tripura

Le succès du tourisme à Tripura demande de plus gros efforts dans le domaine des infrastructures. Pour l’heure, l’avion reste le moyen de transport le plus simple et le plus pratique pour les Européens. L’aéroport d’Agartala, qui se trouve à 12 km au nord de la capitale, ne reçoit que des vols domestiques. L’Autorité des aéroports de l’Inde entend le convertir en aéroport international, mais c’est à moyen terme. Le touriste doit prendre un vol pour Guwahati et, ce faisant, prendre un second vol à destination d’Agartala.

Pour économiser sur vos frais de voyage, vous pouvez parfaitement rejoindre Tripura en taxi ou en bus au départ de Guwahati. Le trajet dure environ 24 heures.

Vous aimerez…

- assister au grand festival des Oranges

- goûter aux excellentes spécialités locales de Tripura, comme le riz Bangui, la berma ou le ragoût de poisson

- camper dans l’un des parcs nationaux et vous réveiller au bruit de la nature sauvage

- prendre en photo les langurs, les singes rhésus, les cerfs et les autres animaux emblématiques de l’État

- jeter un coup d’œil à l’architecture unique du palais d’Ujjayanta

- faire une escapade verte à l’Heritage Park d’Argatala, qui abrite diverses espèces d’arbres fruitiers

- s’offrir un break culturel au Musée du gouvernement Tripura

- admirer les célèbres gravures rocheuses sur fond de verdure du site d’Unakoti

La nature
2 photos

Bonjour

Je suis Anukriti de "Active India Holidays". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+91 11 2561 3968