Bihar

L’État du Bihar se trouve au nord-est de l’Inde. Il partage ses limites géographiques avec le Népal, le Bengale, le Jharkhand et l’Uttar Pradesh. Découvrez pourquoivisiter Bihar est une bonne idée lors de vos prochaines vacances en Inde.

Destination peu pratiquée des vacanciers européens, Bihar jouit d’une forte popularité en Asie. Depuis des siècles, les tenants de l’hindouisme, du jainisme et du bouddhisme se donnaient rendez-vous sur ce site à des fins de pèlerinage. Terre de mystère où le mysticisme et le réel se confondent ; antique royaume de Magadha, où l’Inde ancienne se lit comme dans un livre ; pays d’habiles artisans où la tradition implore indulgence à l’évolution technologique. Quelle grâce dans l’architecture de ses monuments, quelle touchante ferveur se dégage dans ses rituels et ses festivals, que de charme dans l’hospitalité de ses habitants ! N’hésitez plus à réserver votre vol pour Bihar . La terre d’origine du bouddhisme vous réserve une expérience culturelle et humaine inoubliable.

Histoire

Le Bihar n’a pas toujours été cet État pauvre et déshérité comme on le connaît aujourd’hui. Dans l’Antiquité, il hébergea l’un des plus puissants royaumes de l’Inde – le royaume Magadha – et joua un rôle de premier plan dans le développement du bouddhisme et du jainisme.

D’après les sources historiques de l’Inde et du Sri Lanka, le roi Bimbisara qui avait Rajgir pour capitale connaissait le fondateur du bouddhisme comme son ami intime. C’est là que le prince Siddhârta Gautama a passé la plus grande partie de son adolescence. C’est là, dans la ville sainte de Bodh-Gayâ, que sa quête de la sagesse a trouvé son accomplissement, lorsqu’il est monté au nirvana ou « le bonheur suprême ». C’est là, sur un monticule devenu le domaine des vautours, que Gautama, recevant le titre de Bouddha, se réfugiait, fuyant la société des hommes pour parfaire son illumination spirituelle. Enfin, la légende voudrait que Bihar soit également la patrie natale de Mahâvîra, le père du jainisme, et de Sariputra, l’un des grands disciples du Bouddha.

Au cours des premiers siècles, Bihar fut un centre économique, éducatif et culturel important dans l’Asie orientale. Des moines originaires du Japon, du Bhoutan, de la Chine et du Tibet visitaient la capitale pour puiser dans les savoirs du Bouddha.

Le Bihar perdit très tôt sa souveraineté avec l’arrivée des Musulmans. Au début du xvie siècle, le chef afghan Sher Shah Suri soumit la région sous son pouvoir et participa à son essor. En aménageant en 1545 le Grand Trunk Road, l’une des plus grandes routes historiques de l’Asie, il fit de Bihar une riche ville marchande fréquentée des Pakistanais, des Afghans et des Indiens.

Durant le règne d’Akbar, le conquérant moghol, le Bihar fut intégré au territoire du Bengale. Ensuite, les nababs du Bengale prirent la tête de la région, mais, en 1764, ils durent s’incliner devant l’armée britannique lors de la bataille de Buxar. Le Bihar ne devint un État libre qu’en 1947, lors de la dissolution définitive de l’Inde britannique.

Aujourd’hui

En plein milieu du xxie siècle, l’État indien du Bihar résiste aux sirènes du capitalisme. La religion est toute-puissante, figeant les habitants dans les temps immémoriaux. Dans la rue, les moines vous saluent les mains jointes.

Deux idoles nationales se disputent l’attachement des Biharis : Bouddha, le père du bouddhisme, et Vishnou avec ses avatars. L’agriculture est le premier secteur pourvoyeur de revenu. Le produit intérieur brut est le plus bas de toute l’Inde. Dans cet État très pauvre, le tourisme apparaît comme un gagne-pain non négligeable pour les populations .

Les agences de voyage mettent en avant deux types de produit : le tourisme religieux et le tourisme naturel. La province bat le record en quantité de monuments rappelant la vie terrestre du Bouddha. Munger abrite les plus célèbres institutions de yoga en Inde.

Injustement méconnue, Bihar offre beaucoup à visiter. La région propose mille possibilités d’excursion, de découverte naturelle, d’activités et de shopping.

Patrimoine religieux

Conformément à ce que vous attendez d’un séjour en Inde, Bihar propose plusieurs villes pieuses qui fascinent par une atmosphère mystique et spirituelle. Les souvenirs de Bouddha fleurissent de partout. Parmi les lieux de culte notables figurent :

- le temple de Mahabodhi : inscrit sur la liste du patrimoine de l’Unesco dès 2002, le temple est libre d’accès à tous les visiteurs. Il prend place dans la ville de Godh-Gaya, dont la croyance populaire dit qu’elle a accueilli l’ascension au nirvana du Bouddha. Le trône de diamant, placé à l’endroit même où le Bouddha a atteint l’éveil, y est renfermé ;

- l’arbre bodhi ;

- les monastères bouddhistes de Godh-Gaya : tout près du temple de Mahabodhi, de nombreux monastères invitent à la promenade. Issus de divers pays adeptes du bouddhisme, les voyageurs seront enchantés d’y découvrir un peu de la Thaïlande, de la Chine, du Japon ou du Tibet en pleine Inde. Séances de méditation en compagnie des moines ou des étudiants locaux.

- le temple Vishnupada : de passage à Gaya, ne manquez pas ce temple hindou du xviiie siècle pour observer de vos propres yeux l’empreinte sculptée dans la roche du pas de Vishnu ;

- L’Akshya Vat : ce banian, où les mythes de l’hindouisme et du bouddhisme ne font qu’un, est rendu immortel par Sita, l’épouse de Rama. Il se dresse à quelques mètres du temple Vishnupada ;

- le temple Janki : achevé il y a 100 ans, le temple Janki a été érigé à la mémoire de la déesse Sita. Il se trouve au cœur de Sitamarhi, sa ville de naissance ;

- le Gádhrakúta : appelé aussi pic du vautour, le Gádhrakúta est un site sacré des plus importants de l’Inde en sa qualité de retraite favorite du Bouddha. Ce col montagneux de 400 mètres domine la ville de Rajgir. En gravissant un escalier taillé à flanc de falaise, les touristes parviendront aux deux grottes naturelles où le Bouddha se recueillait lors de saisons de pluies pour méditer et répandre sa doctrine.

- Le Venuvana Vihar : construit vers le ve ou le vie siècle avant J.-C., le Venuvana - littéralement monastère de la forêt des bambous – est un cadeau que le roi Bimbisara octroya à Bouddha pour qu’il puisse méditer sans contrainte, loin du tumulte du monde. C’est le deuxième site le plus célèbre de Rajgir après le Gádhrakúta. Il faut à tout prix observer le bassin de Kalanda, où l’Éveillé faisait ses ablutions.

- Le stupa Vishwa Shanti : s’élevant à 38 mètres de haut, ce stupa est désigné localement comme « la pagode de la paix mondiale ». Un magnifique témoignage de l’architecture japonaise au Bihar.

- le sanctuaire de Chotti Dargah : une foule de visiteurs rendent hommage à ce sanctuaire où repose le corps du saint soufi Shah Daulat, les uns pour implorer une bénédiction, les autres pour admirer les murs délicatement ouvragés du mausolée ou le non moins beau plafond qui porte des gravures de citations du Coran. Le Choti Dargah est un joyau architectural de Patna.

Lieux d’intérêt remarquables

Le Bihar n’est pas seulement un cortège interminable de temples bouddhiques. D’autres places intéressantes valent une visite.

- le musée du Patna : la balade dans le musée est une introduction à l’histoire captivante et mouvementée du Bihar ;

- le Golghar ;

- le Palais de la Cité de Patna ;

- les grottes préhistoriques de Barabar ;

- les anciennes ruines de Nalanda : avant le pillage des Afghans au xii e siècle, Nalanda fut un centre universitaire de renom. Bâti suivant un plan géométrique, le site propose des ruines de stupas, de temples et de monastères ;

- le musée archéologique de Nalanda : situé à quelques pas du centre universitaire. Les touristes seront comblés en y découvrant un important morceau des cultures Maurya et Gupta.

Activités à ne pas manquer

- S’enivrer de l’ambiance culturelle de l’Inde à l’occasion de la foire de Sonepur, la plus grande foire de bétail au monde ;

- Prendre en photo le trône du diamant, placé à l’endroit où le Bouddha a atteint l’illumination ;

- Visiter les monastères de Bodh-Gayâ, que les fidèles hindous fréquentent dans la quête du bonheur parfait ;

- Assister à une danse Chhau, un courant artistique à part entière au Bihar ;

- S’offrir une pause bien-être dans l’une des institutions de yoga de Bihar ;

- Goûter aux spécialités locales : le litti chocka (repas complet), le tilcoot, le Dal Pitha (un plat de boulettes de riz épicées et sucrées), le khaja (un croissant à base de farine de blé et de sirop de sucre), etc. ;

- Profiter du festival Chatth, une fête védique hindoue dédiée au soleil et à l’aube ;

- Acheter des produits d’artisanat : les peintures « Madhubani » faites à la main, les articles de tissage en coton, en laine ou en soie fine, les joyaux en perles ou en pierre, les sculptures sur bois…

Climat

À Bihar, le secteur du tourisme connaît une haute saison et une basse saison.

La haute saison correspond à l’hiver, qui débute en octobre et s’achève en mars. Les températures sont fraîches et agréables, allant d’un minimum de 8 o C à un maximum de 10o C. Les pluies sont rares à cette période de l’année, qui est le meilleur moment pour planifier vos vacances à Bihar.

La basse saison va de juin à septembre, où le Bihar enregistre peu de visiteurs à cause des fortes précipitations entraînées par la mousson. Toutefois, les amoureux de la nature privilégient cette saison, parce que la végétation resplendit de mille couleurs.

L’été est généralement considéré comme une saison morte pour les opérateurs du tourisme. De mars à juin, la météo se réchauffe, variant entre 24 o C et 42o C. Il est déconseillé de visiter Bihar en plein été.

Comment y aller ?

Atteindre Bihar n’est pas une tâche difficile, étant donné la présence d’infrastructures de communication qui relient la province au monde extérieur. Pour visiter cette destination, les voyageurs ont le choix entre l’avion, le bus ou le train.

- par air : Bihar compte deux grands aéroports à vocation internationale : l'aéroport Jay Prakash Narayan, localisé dans la capitale Patna, et l’aéroport de Bodh-Gayâ, appelé aussi aéroport de Gaya, qui prend place au sud-ouest de Gaya. Des vols quotidiens relient l’État de Bihar aux destinations majeures comme Delhi, Mumbai, Lucknow et Kolkata ;

- par route : le Bihar est connecté par autoroute à la capitale Delhi et aux autres agglomérations indiennes ;

- par rail : le trafic ferroviaire est très actif au Bihar. Le train peut desservir les grandes villes comme les petits villages. Les principales gares ferroviaires se trouvent à Patna, Gaya et Bhagalpur.

4 photos

Bonjour

Je suis Anukriti de "Active India Holidays". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+91 11 2561 3968